La consultation

Johan KERJOUAN, Ostéopathe D.O. à SAINT-PIERRE-MONTLIMART (49) près de La Salle Aubry, La Chapelle Aubry, Montrevault, Le Pin en Mauges, Saint-Quentin en Mauges, Varrades, est à votre service.

I. Déroulement d’une consultation

Une consultation ostéopathique comporte 4 moments importants :

  1. L’anamnèse (ou interrogatoire)
  2. Le diagnostic différentiel ou d’exclusion (tests médicaux)
  3. Le diagnostic et le traitement ostéopathique
  4. Les conseils et explication du traitement effectué et des probables effets à court et moyen terme

Une consultation dure en moyenne 45 minutes.

1° l’anamnèse ou interrogatoire

Votre ostéopathe vous demandera en premier lieu ce qui vous amène à le consulter ( le motif principal et les éventuels autres motifs). Puis il vous posera d’autres questions concernant :

Vos antécédents traumatiques (fractures, entorses, luxations, AVP, chute importantes sur les fesses, dos ou tête…)

Vos antécédents opératoires

Vos habitudes de vie (sports et loisirs pratiqués, tabac, position pour dormir, prise ou perte de poids…)

Les pathologies, douleurs ou gènes anciens ou récents d’origine cardiaque, pulmonaire, circulatoire, digestive, dermatologique, urinaire, rénale, gynécologique, endocrinienne, ORL…

Vos prises éventuelles de médicaments

Vos derniers examens radiographiques, sanguins ou autres effectués et leurs résultats. Il est préférable de vous munir des examens complémentaires réalisés au cours des derniers mois ou dernières années.
Ne vous étonnez pas si votre ostéopathe vous pose de nombreuses questions précises.
En effet, il est important pour nous de savoir si votre problème dépend bien de notre champ d’action thérapeutique.
En outre, les différentes réponses que vous lui apporterez lui permettront de savoir quelles seront les techniques ostéopathiques les plus adaptées à votre problème. Elles lui permettront de comprendre comment ces douleurs, gènes… qui vous perturbent aujourd’hui, ont pu s’installer.
Ainsi, il lui sera plus aisé de vous prodiguer des conseils pour entretenir les résultats obtenus lors de la séance.

2° Le diagnostic différentiel ou d’exclusion

Ensuite votre ostéopathe vous demandera de vous mettre en sous-vêtements afin de pratiquer les différents tests médicaux (prise de tension artérielle, tests orthopédiques, test des réflexes, de sensibilité, palpation viscérale…) en rapport avec votre ou vos motifs de consultation pour vérifier qu’il n’y ait pas de contres indications à sa prise en charge ostéopathique.

3° Le diagnostic et le traitement ostéopathique

Puis votre ostéopathe passera au diagnostic et au traitement des pertes de mobilités musculo-squelettiques, viscérales, faciales et crâniennes. Grâce à une palpation fine, l’ostéopathe va rechercher les zones du corps présentant des restrictions de mobilité (dysfonctions ostéopathiques) susceptibles de provoquer les douleurs ou gênes ressenties.
Ensuite, à l’aide de techniques spécifiques adaptées à votre problème, il ré-harmonisera ces pertes de mobilité afin d’obtenir soulagement et guérison.
Pour effectuer ce travail, il s’intéressera à vérifier, sauf exceptions, l’ensemble du corps afin de vérifier et traiter les compensations qui ont pu s’installer durant votre vie.
Ce point est très important faute de quoi le résultat risque d’être partiel et n’être positif que quelques jours.

4° Les conseils et explication du traitement effectué et des probables effets à court et moyen terme

A la fin de la consultation, votre ostéopathe vous expliquera qu’il aura diagnostiqué et traité afin que vous compreniez ce qui lui parait être la cause de votre problème actuel.
Il vous expliquera les éventuels effets secondaires passagers (fatigue, frilosité, courbature…) pouvant survenir dans les 72 heures après la séance.
Il vous donnera également quelques conseils spécifiques en fonction de ce qu’il a pu percevoir et ressentir durant la séance et les précautions à prendre pendant les quelques jours suivants la séance pour optimiser les résultats thérapeutiques.
Bien qu’il ne puisse pas vous garantir le succès à 100% des soins prodigués, il s’attachera à faire d’un point d’honneur pour mettre en oeuvre tout son savoir technique et ostéopathique pour vous apporter une guérison ou un soulagement le plus complet et le plus rapidement possible.

II. Les techniques


Le traitement ostéopathique s’appuie sur de nombreux types de techniques. Il est ici question de les présenter succinctement. Nous allons les diviser en 2 grands groupes.

  1. Techniques directes(structurelles)
  2. Techniques indirectes (fonctionnelles)


Pour expliquer ces deux types de techniques, Bob Bénichou employait souvent cette métaphore :


«Lorsque l’on marche et que l’on se prend une manche dans un clou, il y a deux solutions» :

«on peut tirer pour se dégager et peut-être déchirer la chemise : c’est la technique structurelle»

«on peut interrompre le mouvement et revenir légèrement en arrière pour se dégager sans déchirer la chemise» : c’est la technique fonctionnelle.

Ensuite, elles se différencient suivant leur localisation, le tissu traité et leur objectif.
Un praticien choisit les techniques qu’il va employer selon l’âge, l’état de santé, la morphologie et le motif de consultation ainsi que du type de dysfonctions retrouvées:

Techniques musculosquelettiques

Techniques musculaires (étirements musculaires – points d’inhibition/ Jones/ trigger points

Techniques articulaires ( H.V.B.A « cracking », Techniques d’énergie musculaire, Techniques Sutherland, Mobilisations articulaires)

T.O.G (Traitement Ostéopathique Général)

Il consiste à mobiliser une grande partie des régions articulaires du corps dans un ordre bien précis et de manière rythmique. Le thérapeute insistera sur les zones présentant une perte de mobilité.

Techniques faciales

Les fascias parcourent l’ensemble du corps et tapissent tous nos organes (muscles,os, viscères, etc.) un peu comme une nappe. Les techniques consistent à dénouer les éventuels « points d’accroche » ou « noeuds » de la nappe. Les techniques peuvent être directes ou indirectes.

Techniques viscérales

(Foie, estomac, colon, diaphragme, intestin grêle reins, plexus solaire, utérus…)

Techniques directes ou indirectes en vue redonner de la mobilité aux organes. Ces techniques sont généralement réalisées à l’aide de la respiration du patient et ne sont pas toujours très agréables.

Techniques faciales ou tissulaires sur l’abdomen ou sur le thorax.(techniques douces)

Techniques crâniennes et Cranio-sacré

Travail des sutures

Techniques de motilité MRP

Techniques douces très subtiles qui s’intéressent à la motilité des os du crane et du sacrum (bassin) ainsi qu’aux tensions des membranes qui vont du crane au sacrum en passant à l’intérieur de la colonne.
Le M.R.P (Mouvement respiratoire primaire) ou motilité, est un mouvement présent dans tout le corps, ressenti par l’ostéopathe préférentiellement au niveau du crane et du bassin, dont l’existence est prouvée, mais l’origine mal connue. Il peut être le reflet de la posture et de l’état de santé.
En le normalisant l’ostéopathe peut donc avoir de grands effets.

Approche tissulaire

L’approche tissulaire se rapproche des techniques faciales et cranio-sacrées mais elle est une méthode de traitement à part entière qui suit une sorte de protocole plus ou moins précis.
Beaucoup d’autres techniques peuvent être réalisées :

Techniques sur les nerfs, sur la peau

Techniques de drainage

Massages…